Entretiens familiaux 

Entretiens conjugaux

Consultations individuelles 

Personnes âgées

Professionnels

CONTACT -

250 AV François Mitterrand

85340 OLONNE SUR MER

07.83.28.56.27

RETROUVEZ MOI SUR FACEBOOK -

© laetitiatroquereau.com - Tous droits réservés

SINREN : 80980206900017

December 17, 2018

October 30, 2017

Please reload

Posts Récents

L'échec scolaire d'Estelle, un symptôme à l'école, révélateur d'une problématique familiale

November 14, 2016

1/3
Please reload

Posts à l'affiche

Quand l'école porte un regard systémique

May 28, 2018

Je vais vous raconter l'histoire Louis. C'est un adolescent de 13 ans, collégien. Ces derniers temps, il s'inscrit dans des attitudes qui alertent les adultes : insolence envers un de ses professeurs et fumant une cigarette électronique dans l'enceinte de son collège. Louis est un garçon d'ordinaire sans histoire. Il a une famille attentive, et des parents aimants. Mais Louis, c'est un adolescent. De fait, il commence à flirter avec le danger, toucher les limites et enfreindre les règles. Il fait son boulot d'ado.

 

Chacun de ses actes délictueux a fait l'objet d'un appel téléphonique aux parents de Louis et s'est poursuivi par une rencontre avec le professeur concerné dans un premier temps, et la Principale du collège ainsi que la professeur principale dans un second temps. Les sanctions tombent, mais toujours en partenariat avec la famille de Louis. Objectif : faire équipe pour entourer l’adolescent.

 

Lors du second rendez-vous, l'établissement scolaire de Louis attache une importance particulière à s'adresser à chacun des membres de sa famille. La principale commence par le jeune garçon en lui nommant ce qu'ils ont perçu de sa personnalité : que c'est un garçon gentil, pouvant avoir des relations peut-être inadaptées, et qu'il doit faire attention à ses fréquentations. Par ailleurs, lui sont nommés également les risques qu'il prend s'il continue à poursuivre sur ce chemin.

 

Ensuite, la Principale s'adresse aux parents de Louis. Que c'est un adolescent, qu'il va avoir 14 ans, que d'ici une bonne année, Louis aura déjà pris sa première cuite (sic), et qu'il va continuer à faire ses expériences. Parce que c'est normal à son âge et que c'est utile. Enfin, ils insistent sur le fait qu'il s'appelle Louis. Et non plus « Loulou » ou « petit Louis ». Il s'agit maintenant de Louis. Car il a grandi.

Enfin, la principale du collège remercie chaleureusement la maman de Louis pour le travail qu'elle effectue auprès de son fils. Elle lui renvoie son côté protecteur et attentif, que c'est une bonne maman. Mais qu'en est-il du père de Louis ? Les regards se croisent, l'interrogation est présente. La place du papa est interrogée. Il est alors renvoyé que Louis a besoin d'une autorité paternelle.

 

Les parents de Louis sont repartis de ce rendez-vous secoués. Des mots ont été mis sur une problématique que la famille connaissait déjà, certes, mais qui leur était renvoyée par un tiers : l'école. De son côté, Louis a perçu l'intérêt que tous lui portaient, ainsi que les conséquences de ses actes. Par ailleurs, il a aussi entendu ce qui a été dit à ses parents : à quel point il était bien entouré, et le besoin qu'il soit aussi cadré par son père.

 

C'est en confiance que la maman de Louis m'autorise à rédiger un article sur une partie de leur histoire. Il était selon moi indispensable de la raconter. Parce que l'école a agi ici de manière systémique, prenant en compte le cycle de vie de Louis (l'adolescence) ainsi que la place de chacun des membres de cette famille. Sans langue de bois, avec bienveillance et sincérité, l'école a permis à Louis et à ses parents d'engager un travail nécessitant un changement dans le système familial. A ce jour, il s'agit pour chacun de faire, ce que j'appelle, « un pas de côté » : pour la maman de Louis de laisser la place à son mari. Parce qu'une place, ça se prend, mais également ça se donne. Pour le père de Louis, d'occuper la place de père dans un contexte d'autorité. Enfin, Louis pourra poursuivre son cheminement d'adolescent, avec autour de lui, tous les acteurs qui sont là pour veiller sur lui et l'accompagner dans cette étape, oh combien délicate de l'adolescence. C'est un garçon protégé.

 

Certains pourront penser que ce n'est pas le travail de l'école d'agir ainsi. D'autres trouveront sans doute les propos du collège inadaptés, voire violents.

Ce qui est à constater, c'est que le collège a perçu qu'il était possible de parler ainsi à cette famille. Oui, les parents de Louis ont entendu des propos les amenant à regarder leur place de parent différemment, à se remettre en question sur leur rôle auprès de leur enfant. Mais n'est-ce pas cela aussi être parent ?

Par ailleurs, Louis a posé des actes au collège. Aussi, il paraît indispensable que même si les agissements de l’adolescent parlent de la phase existentielle et personnelle qu'il traverse, ainsi que de la place de chacun dans la famille, l'école a son rôle à jouer car Louis pose des actes au collège, dans le contexte scolaire. L'école fait donc AUSSI partie de la solution.

 

Cette histoire est selon moi un bel acte de partenariat école/famille que je tenais à saluer au travers de cet article. Merci également à la famille de Louis pour la confiance qu'elle m'accorde.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square